Notre rencontre avec l’incroyable personnalité Julyka

Aujourd’hui, en ce jour de la femme, on rencontre l’artiste multi-talents Julyka. On a découvert la créatrice et business woman grâce à son album « Eternité de délices », un album qui nous fait inexorablement voyager.

Née en Afrique, la chanteuse basée en Allemagne explore les rythmes solaires afro et tintés de touches de rumba, et elle conte les sentiments, les doutes, les histoires envoyées par la vie.

Nous avons rencontré Julyka afin d’en savoir plus sur son parcours hors du commun et ses inspirations, et notre interview avec elle risque fort de vous passionner et de vous inspirer. En tout cas, elle a laissé notre rédaction admirative.

Rendez-vous plus bas pour la découvrir, en attendant, écoutez sa musique sans plus attendre, elle vous bercera de belles énergies, d’espoirs, et d’ une addictive imagination :

Bienvenue ! Pouvez-vous vous présenter à notre rédaction ?

Je suis née en Afrique ; Je suis de langue maternelle française. Je faisais partie de ces enfants qui aimaient avoir un livre entre les mains, mais ma grand-mère n’en avait pas les moyens. Je travaillais tous les jours à la ferme, je m’occupais des enfants et des personnes âgées de mon village au Cameroun. Ma grand-mère qui était une catholique fervente, a appris à lire une bible. C’est comme ça qu’elle a essayé de m’apprendre à lire. Puis plus tard, nous nous sommes concentrés sur la lecture de n’importe quel journal recueilli dans la rue. J’aimerais dire que j’étais entrepreneur « de naissance » et en Afrique, j’ai toujours fait ce qu’on appelle en français des « Sots metiers » pour payer mes études et survivre. J’ai gagné ma liberté quand je suis arrivé en Allemagne et j’ai trouvé mon chemin vers la bibliothèque où je pu lire un livre gratuit et même en choisir un que j’aimais et le ramener chez moi ! Quelle journée de bonheur dans ma vie ! Je n’aurais jamais imaginé parler un jour la langue allemande et aussi être capable d’écrire un livre en allemand pour les enfants, incroyable non !


En tant que personne polyglotte ayant voyagé à travers le monde et travaillant dans plusieurs entreprises internationales à travers le monde dans différentes équipes comme le français, l’allemand, l’anglais, l’espagnol et l’italien, j’aime mon parcours et le temps passé avec mes collègues venant de différentes parties du monde. J’aime ma famille et les gens. Je suis juste une personne en fuite depuis l’Afrique, j’ai été sans abri partout à partir de l’Afrique pour me battre et avoir une stabilité. J’ai publié mon autobiographie romaine révisée 2e édition sur Amazon : TIMSHALL/A Saw-Toothed Career où je décris un peu ma vie en Afrique et mon chemin vers l’Europe. La première édition a été publiée aux USA en 2012. I am a « Queen » ce que nous « Maffo » disions dans l’Ouest-Cameroun (peuple Bamiléké) des combats de survie. J’aime partager mon histoire non pas pour demander aux gens d’avoir pitié de moi, mais pour encourager et motiver les gens qui souffrent et sont dans des situations similaires. Ils ne doivent pas abandonner. Nous ne devons pas nous blâmer pour notre destin, mais nous devons lutter pour trouver un moyen positif de le corriger au lieu d’abandonner et de pleurer toute la journée.

Comment avez-vous commencé la musique et comment la décririez-vous ?

J’ai commencé à chanter et à jouer de la musique très tôt avec ma grand-mère Lucia et ma communauté. Je me souviens encore du temps merveilleux que j’ai passé avec elle et toute ma communauté à chanter en chœur à l’église tous les dimanches. Jouer de divers instruments traditionnels et danser à différentes occasions, mariage, funérailles et fête du nouveau-né. Né dans l’ouest du Cameroun en Afrique, j’ai déménagé en Côte d’Ivoire pour poursuivre mes études après mon GCE-Advanced Level au Cameroun. Née dans une famille très pauvre, je me sentais si fière d’être la première dame à obtenir un tel certificat. J’ai beaucoup lutté pour y parvenir. Mais le destin en a décidé autrement et ma mère est décédée. J’étais tellement déprimé que je ne pouvais pas travailler pour payer mes études. Sans argent à l’étranger, je comptais sur mon meilleur ami. Mon ami et ses parents m’aidaient à payer mes frais de dortoir. Un jour, j’ai écrit un poème à ma mère et je l’ai laissé sur la table. Allongé sur le lit, je pleurais toute la journée. Je n’avais pas d’argent pour retourner au Cameroun et je l’ai pleurée. Mon ami est entré et l’a lu et m’a demandé pourquoi je ne pouvais pas ajouter une mélodie dessus et chanter. Et je lui dis : « Tu as raison, ça sonne bien, je le ferai ». Quelques mois plus tard, j’ai trouvé un producteur et l’album « Éternité de Délices » est sorti. Le titre « Hommage aux mères » en langue anglaise « Tribute to mothers » a fait mouche et j’ai pu avoir assez d’argent pour rentrer chez moi au Cameroun pour pleurer ma mère et construire la tombe et même m’envoler pour Paris pour mon premier concert.


La musique fait partie des cultures du monde entier. Qu’il s’agisse d’une tribu africaine qui jamme ou d’un DJ qui joue sur la scène principale de Berlin ou de New-York, nous écoutons tous de la musique. Cela fait partie de nos vies. Bien que chaque pays ait sa propre langue, il n’y a qu’une seule langue que nous pouvons tous comprendre : la langue de la musique. Nous n’avons même pas besoin de mots pour comprendre ce que dit la musique. Ma musique est avant tout réconfortante, relaxante, éducative et encourageante. Ça crée de l’ambiance. Pouvez-vous imaginer une fête sans musique, un événement sportif sans musique ou un film sans musique ? Probablement pas. Je crois que, peu importe d’où je viens, à travers ma musique, je peux contribuer à rendre les gens heureux en l’écoutant et en la dansant. Il est scientifiquement prouvé que la musique améliore le fonctionnement du cerveau, j’y pense et il existe une version instrumentale de « Tribute to Mother », tout professionnel ou personne travaillant peut écouter cette chanson et s’inspirer ou se détendre. J’ai perdu ma mère à un stade antérieur et je connais vraiment la douleur, la tristesse. C’est la raison pour laquelle je me lève et écris ces chansons tristes afin d’aider les autres. Je veux que les gens qui sont dans la même situation comprennent qu’ils ne sont pas seuls. Ma musique laisse libre cours à votre imagination et c’est évidemment une bonne chose pour votre créativité et votre santé.

Je découvre à quel point ma musique est sociable et suscite des émotions et des réactions spécifiques parmi mes fans et followers. Je suis heureux et honoré que ma musique inspire non seulement les Africains mais aussi le monde. À travers les médias sociaux, je suis reconnaissant que ma musique me connecte aux autres et fasse ressentir à mes fans et à mes followers des émotions, provoque une réflexion, je veux dire, une connexion humaine. Non seulement une bonne chanson doit avoir de bons accords, des mélodies et des paroles, mais elle doit également créer une sorte de réaction ou évoquer une émotion spécifique. De nombreux auteurs-compositeurs créent leur musique à partir d’événements ou d’expériences spécifiques qu’ils ont vécus, ce qui la rend très proche des autres. Bref, la bonne musique est juste bonne.

Quel est votre processus créatif ?

J’aime le chiffre 10. Pourquoi ? Comme mon prochain livre sur les affaires porte le titre « 10 étapes commerciales pour monétiser votre don- Un guide pour les artistes », j’applique également 10 étapes pour écrire l’une de mes chansons.

  1. Tout d’abord, je trouve la mélodie sans paroles et je l’enregistre.
  2. Je compose le titre de ma chanson. Je réfléchis profondément au cœur du message que je veux partager avec le public et m’assure que personne ne l’a utilisé auparavant.
  3. Ensuite, je commence à écrire mes rêves, mes sentiments, ma contribution pour rendre le monde meilleur et mes expériences vécues. J’ai aussi hérité d’un trait de narration de ma grand-mère. Avant de livrer mes idées, je m’assure que le texte soit équipé de ce que mes auditeurs veulent entendre.
  4. J’organise ou je choisis la structure de ma chanson.
  5. J’essaie toujours de trouver un refrain temporaire, un couplet et un pont. C’est l’une des phases les plus intéressantes de mon processus. Je dois mettre mes mots en refrain, couplet, bridge et exprimer mes émotions, mes sentiments. Cela doit correspondre à ma mélodie.
  6. Ajout d’accords – à ce stade, j’essaie d’être aussi simple que ça, de jouer avec ma mélodie et les accords jusqu’à ce que je trouve quelque chose que j’aime. C’est le moment où je chante ou fredonne sur les accord, et que je construis une progression
  7. La phase de rimes – Non seulement je connecte les mots qui riment, mais je trouve aussi des paires de phrases qui vont avec mon refrain et mon couplet.
  8. Connexion du refrain, du couplet et du pont – Ici, j’explore mon concept et j’ajoute un pont, un refrain final et je connecte ma mélodie aux paroles.
  9. Ensuite, je construis mon intro.
  10. J’enregistre une démo et cherche un guitariste qui peut écouter ma musique, puis nous commençons à assembler la chanson.

Quelques mots sur votre dernière sortie ?

Mon dernier album « ÉTERNITÉ DE DÉLICES » est un hommage aux mères. Il a été produit en Côte d’Ivoire, remastérisé par Sebastian Schneider et distribué par DISTROKID. L’idée de retour sur cet album était de rendre hommage à ma mère.

Que peut-on attendre de vous pour le futur ?

Je travaille sur un nouveau projet de musique. Mon nouvel album sortira cette année. Je travaille dur là-dessus en ce moment en studio, je suis reconnaissant d’avoir un grand artiste basé au Ghana qui m’assiste chaque semaine là-dessus. Nous voulons aussi avoir accès aux médias comme vous pour partager nos pensées, notre musique avec ceux qui ne nous connaissent pas du tout.
Alors, je vais saisir cette opportunité que vous me donnez aujourd’hui, pour dire à mes fans et au monde que, comme je le fais, le style et le genre de la musique africaine, je veux dire, je suis revenu aux racines et j’ai pris l’authenticité de la musique chantée par mes parents et les communautés Africaines, je leur offrirai un autre nouvel Album plus ou moins similaire au premier « ETERNITE DE DELICES » que j’ai dédié à ma mère, lors de son décès.

Ayant grandi au Cameroun, je me souviens encore de la voix de ma mère chantant Nana Mouskiri, Edith Piaf, Georges Moustaki, entre autres. Après cela, elle chantait notre musique traditionnelle. J’étais tellement impressionné par de tels talents. Le style musical africain est un mélange de beaucoup de musique, rumba, salsa, makossa, bikutsi, ben skin, mapouka, assiko et plus encore.
En tant qu’entrepreneur et investisseur, spécialiste en comptabilité financière et coaching commercial multilingue pour femme entrepreneur, je suis propriétaire d’ArtTopTalent et d’une maison d’édition « Zusammen Verlag ». Je veux à travers cette structure aider les femmes entrepreneures à réussir en bâtissant l’entreprise de leurs rêves. Je veux les aider à atteindre leur état d’esprit rêveur et ambitieux afin qu’elles puissent libérer leur plein potentiel et profiter du succès à long terme.

Mon dernier album est sorti en 1999, j’ai touché environ deux millions cinq cent mille francs CFA à Abidjan en Côte d’Ivoire. Pour certaines raisons, cet album dort depuis près de 20 ans. Grâce à un artiste, compositeur et auteur-compositeur et producteur allemand Sebastian Schneider, ce dernier album a été remasterisé et aujourd’hui j’ai été 3 fois artistes du mois aux USA. C’est vrai que ce n’est jamais simple pour une mère célibataire mais nous devons nous soucier de nos enfants et aussi être capables de leur montrer que nous pouvons contribuer à rendre le monde meilleur.

En tant que femme immigrée en Europe, cela n’a pas été facile du tout, de la même manière que ce n’est pas facile non plus pour les femmes européennes, même pour les hommes européens, la vie change et la crise de Corona ne nous a pas fait du bien. Nous sommes tous susceptibles de lutter pour notre survie. C’est la raison pour laquelle je souhaite à travers ArtTopTalent dissiper les mythes qui circulent dans le monde des affaires selon lesquels les femmes ne savent pas comment créer une entreprise et la gérer avec succès. Ensemble, les femmes peuvent se soutenir et faire des merveilles. Construire votre propre entreprise devrait être un voyage amusant, passionnant et stimulant ! Je veux que les femmes prennent leurs responsabilités et créent davantage pour leur peuple et de leurs communautés. Je recherche des partenariats, des hommes aussi bienvenus, car nous sommes leurs sœurs, épouses sans mères.


Ma mission est, comme je l’ai dit, de donner aux femmes les moyens de dire adieu aux mythes négatifs selon lesquels les femmes ne peuvent pas réussir dans l’entrepreneuriat. Entrepreneuses, vous me dites vos objectifs, et je vous guide vers cet objectif dans une démarche saine, durable et agréable. J’aimerais entrer en contact avec des musiciens du monde entier, je crois que le business de la musique ne peut se développer qu’en diversifiant les styles et les genres. Je suis également conférencier et j’invite mes collègues artistes ou musiciens à me rejoindre dans ce voyage.

Merci Indiechronique de m’avoir donné cette opportunité, continuez comme ça et restez en sécurité !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.