Découvrons l’artiste Ay Sa à travers notre interview exclusive

Notre artiste du jour n’est autre que Ay Sa. Dotée d’une personnalité artistique hors norme, la chanteuse à immédiatement retenue notre attention grâce une musique unique en son genre. Dans une période où les artistes ont tendance à sonner de la même manière, Ay Sa, elle, se distingue dès les premières notes en mêlant musique pop, RnB et expérimentation sonore.

Son dernier titre « Soufira Crane » illustre notre propos avec son univers à part, magnifié par une performance vocale obsédante et qui ne laisse pas de marbre.

Nous avions hâte de discuter avec la mystérieuse Ay Sa afin de la connaître un peu plus! Ecoutez sa musique sans plus attendre et rendez-vous ci-dessous pour la découvrir en 7 questions!

Salut Ay Sa, merci d’être avec nous aujourd’hui, quel est ton parcours ?

Je suis né dans une ville et j’ai grandi dans la nature. Je suis d’origine Arawak.

Et diriez-vous que votre parcours a influencé votre musique ?

Absolument. Quand vous pensez aux Arawaks, vous pensez tribu et historiquement, nous sommes un groupe de peuples autochtones d’Amérique du Sud et de certaines des Caraïbes.
Si nous remontons le temps jusqu’aux Lokono d’Amérique du Sud et aux Taino, ils vivaient tous dans les îles avant d’être vendus comme esclaves et/ou contraints aux travaux forcés.
En studio, je ne danse pas autour d’un feu avec des bâtons de bambou dans le nez mais ma musique libère mon esprit, évacue tout le stress de la société que j’ai pu accumuler.
La musique donne l’impression de renaître, de se régénérer et de devenir forte.

Alors, dans quel genre musical vous classeriez-vous ?

Je dirais que je suis Euphoric Dark & ​​Soul – un peu comme… l’odeur de la mer qui amène de forts nuages ​​venteux… avec un grondement de tonnerre, vous pouvez l’entendre mais vous ne pouvez pas le voir.

C’est un spectacle intéressant, alors qu’est-ce qui vous a attiré dans l’industrie de la musique ?

Ma mère était la choriste de mon père. Je pense qu’ils ont accompli beaucoup de choses. Ils m’ont donné du goût pour la musique. Mon beau-père que j’appelle papa à ce jour m’a acheté mon premier piano quand j’avais 9 ans. Il voulait que je puisse jouer ses chansons au piano.

Pouvez-vous nous dire s’il y a un sens caché dans l’une de vos musiques ?


Je veux dire -être dans ma peau, c’est comme si je portais un costume – [Ay Sa rit] Disons simplement que je suis une femme sauvage – j’exprime chaque son que j’entends et cela m’inspire pour faire une autre mélodie. J’ai été élevée en ville, côté campagne, chaque bruit que j’entends est un rythme.
Quand on grandit dans la nature, il y a tellement de silence mais pourtant tellement de bruit à écouter si on lui prête une oreille.

D’accord. Et si vous deviez collaborer, avec quel chanteur vous présenteriez-vous ?

Sincèrement, la meilleure collaboration que j’ai faite a été de me trouver et de m’accepter dans ce monde.
Enfant, j’étais conscient de mon environnement, sage et éveillée. Si j’en ai besoin, je recevais. Ma détermination parle au-delà d’elle-même.

Y a-t-il quelque chose que vous aimeriez faire plus à l’avenir, un projet à venir ?

Oui et oui. Nous avons sorti ‘Soufira Crane disponible sur toutes les plateformes musicales.
Je décris Soufira’ comme mon sosie.
[Ay Sa rit] Quant à l’album, il devrait sortir cette année.

Merci Ay Sa pour ton accueil.

Connectez-vous avec Ay Sa : https://linktr.ee/Ay.Sa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.